IMAGO I - Fabio & Lucilla - Installation mix media

Lucilla

« IMAGO - I » – 2014

Type : Installation mix media (tirages numériques, boites en bois, verres et impression en braille).
Dimensions : 3 tirages numériques sous cadre aluminium noir 70 cm x 50 cm – 3 boites en bois et verre - 35 cm x 35 cm x 4 cm - impressions Braille 31 cm x 31 cm.
Langue : Français-Italien-Braille

« IMAGO » se présente sous la forme d' une installation mix media, qui se compose de trois photographies et de trois boites contenant les textes en braille posées sur des socles. Il s'agit de trois portraits de personnes aveugles Lucilla, Marisa et Fabio que j'ai rencontrées à Rome lors de ma résidence.
Je voulais par ces rencontres aborder Rome à travers une certaine intimité et singularité, des histoires et des souvenirs afin de porter un regard sur Rome… un regard flou comme un regard porté sur le monde (des images).
J'ai voulu, dans cette installation, mettre en place une dialectique assez simple entre l'image, le texte contenu dans la boite et le spectateur basée sur l'idée d'une représentation mentale du monde et de la question de son accès. Il s'agit d'inviter le spectateur à accéder aux contenus et signes (visuels et textuels) à travers des codes (braille, réflexions, etc...) pour questionner son rapport au monde…

Extrait des textes contenus dans les boites (ici le texte associé à Fabio) :

En face de vous se dresse le portait de Fabio.

Fabio est né à Rome le 23 juillet 1966. Il habite à Rome depuis toujours.

J'ai désiré rencontrer Fabio pour qu'il me raconte sa vision et ses souvenirs de Rome avant sa cécité.

Voici le portrait parcellaire de Fabio:

«J'ai perdu la vue il y a 12 ans suite à un accident».

Les souvenirs d'enfance de Fabio sont nombreux. Le cinéma. Les puces à Porta Portese.
Sa grand-mère, les pâtes faites maison. La Manivelle. Les «pastarelle».
Il se souvient des odeurs de poulet, de sucre, du café frais.
On dit qu'aller à Porta Portese fait croître l'éveil. Regarder autour de soi. Une voix, un accent sicilien: «Deux pour le prix d'un».

Je me souviens.
Rome  - Via dei Fori Imperiali – Le palais antique. Le Colisée. Fermer les yeux et imaginer l'histoire.

Je me souviens.
Rome comme une chanson: Roma Capoccia di Antonello Venditti, une couleur: jaune comme le soleil et rouge comme mon cœur, une odeur: la pizza chaude sortant du four fourrée de mortadelle, un bruit: le quartier de Campo dei Fiori et les artisans qui battaient le bois, le fer, le bruit de la scie.

J'imagine l'histoire de Rome, la révolte des romains volontaires. 

Je me souviens.
Des images.
L'isola Tiberina – Hôpital - Les rayons du soleil traversant les nuages – Les passants - Entre terre et ciel…

Une image.
Maintenant, tout est noir, mais je rêve en couleur.
Un son. Une émotion.
Un texte. Une indication.
Une couleur. Une petite partie d'un ensemble de choses qu'est l'univers.

Fabio se souvient…


Articles les plus consultés